11 mars, 2012

drole de campagne

Classé dans : Non classé — elis @ 10:29

Drôle de
campagne me dit zadig

Il y a ceux
qui racontent n’importe quoi, ceux qui disent pas grand-chose et ceux qui ne
sont pas crédibles.

En principe,
comme partout dans le monde, ce sont ceux qui peuvent le plus faire parler
d’eux, qui disposent des plus gros budgets  et qui font le plus de pub qui gagnent. C’est
ça la démocratie et rien d’autre. Comme si le citoyen lambda, qui a autre chose
à faire dans la journée, pouvait comprendre la complexité de la direction d’un
pays, des règles juridiques qui le régissent et pire encore les contraintes
économiques ou la façon dont celles-ci fonctionnent.

Bien sûr, Churchill
avait raison : la démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous
les autres. Mais tout de même quelle foire et quelle déception quand il faut
bien réaliser que la prime revient presque toujours à ceux qui bénéficient de
la meilleure exposition médiatique.

Mais
qu’importe et revenons à notre présidentielle.

Le candidat
idéal aurait due nous  dire. Oui nous entrons dans un nouveau monde. Oui
il va falloir changer et oui nous avons en France déjà beaucoup trop tardé mais
il est encore temps de s’y mettre.

Ce qu’il
faut faire tous les experts ou les esprits indépendants le savent. D’abord
aller vers l’Europe. Une Europe plus forte, plus responsable, avec un début de
vrai pouvoir européen démocratiquement élu. Et donc oui, un début d’abandon de
souveraineté.

Ensuite , en
France il faut continuer les réformes engagées timidement pour maintenant aller
plus loin en rejoignant les nations européennes les plus sérieuses, en
particulier nos amis allemands, sur la voie d’une diminution progressive des
dépenses publiques, d’une libéralisation du droit du travail et d’une priorité
absolue donnée a tout ce qui peut créer des emplois marchands-versus emplois publics exagérément gonflés en France- et
renforcer la France des PME, PMi et aussi TPE. Accessoirement il faudrait aussi
commencer à expliquer et faire comprendre aux grands monopoles publics qu’ils
peuvent avoir aussi des concurrents, écoles privées à l’Education nationale,
juges élus dans la justice et polices municipales dans la sécurité,( ce qui va
de pair cela va sans dire avec une vraie décentralisation, 8 régions seulement et
fin des départements ) et, bien entendu, fin du cumul des mandats et pas plus
de deux mandats électifs par élu sauf, peut-être, dans les petites communes de
moins de 1000 habitants.

Pour faire
ou commencer cela, QUI ?

La brochette
de candidats qu’on nous propose ne présente pas grand-chose d’ affriolant.

Eliminons
d’emblée tous les moins de 2% qui dans le domaine de l’ineptie et du n’importe
quoi n’auraient jamais due recueillir leur 500 parrainages. Et passons d’emblée
aux cinq « grands »

Le Pen est
une débutante et, de toutes façons, n’a aucune chance au second tour. Melanchon
, grand tribun, est un rigolo qui veut nous ramener au bon temps du stalinisme.

Hollande,
lui, se replace, avec le PS, en 1981. La défense mordicus des services
publics,  normal c’est son électorat. Et
pour le reste encore pas mal de dépenses, compensées par encore plus d’impôts.
Mais bien entendu aucune réforme structurelle. Il dit même qu’il remettra en
cause les accords européens et qu’il reviendra sur une partie de la maigre réforme
des retraites entreprise par l’UMP. L’immobilisme absolu . Il fallait Grouchy
et on aura Blücher.

Reste deux
zèbres un peu plus crédibles. Sarko et Bayrou. Le second est lui aussi proche
des services publics notamment de l’enseignement. Il se déclare européen mais
sans trop de transfert de souveraineté. Il propose tout de même le recours à un
grand sérieux budgétaire et un retour rapide à l’équilibre. Bien, et
acceptable, mais il est improbable qu’il puisse battre Sarkozy  au 1° tour. Les sondages actuels le mettent
encore bien trop loin.

Reste Sarko, le moindre mal en quelque sorte. Mais
son handicap est énorme. Peu crédible quand il propose de faire ce qu’il n’a
pas fait pendant 5 ans, il souffre surtout d’un énorme désamour dans l’opinion.
Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, c’est toujours Le Fouquet’s,le yacht de
Bolloré et son fils à l’EPAD qui lui reviennent dans la figure. De plus, l’homme,
en dépit de son énergie et de son volontarisme, manque par trop de convictions
profondes, ce qui le conduit, trop souvent, à changer d’idée comme de chemise,
en fonction du conseiller ou du ministre du moment qui a réussi à le
convaincre. Par exemple Guaino qui lui dit de faire la Mediterranée en oubliant
que l’Europe est infiniment plus prioritaire ou un sondeur qui lui dit qu’il
faut massacrer le CAC 40 pour faire plaisir aux français, et, du coup, il
invente une nouvelle taxation contre nos grandes entreprises mondiales. Tel est
Sarko, volontaire ,entreprenant, mais inconstant. Le moindre mal sans doute. Ceci
dit le désamour du bonhomme est si fort que grands meeting, déplacements
quotidiens et buzz médiatique paraissent, encore à ce jour, incapables de
modifier les courbes et font de lui un grand perdant au 2eme tour. Et ça ,
c’est étonnant. A croire que notre postulat qui veut que la meilleure
exposition médiatique fasse le vainqueur, ne tient pas la route. A croire aussi
que ce sont bien les socialistes qui ont été les meilleurs. A nous répéter
depuis 5 ans que Sarkozy était le candidat des riches, qu’il faisait n’importe
quoi et qu’il avait ruiné la France, le message est parfaitement entré dans la
tête de nos compatriotes. C’est la technique du marteau pilon que les publicitaires
affectionnent tant. Toujours le même message, mensonger ou stupide, peu
importe, l’essentiel est de le marteler constamment. Plus c’est gros, plus ça
marche. Et que sera ce quand ils auront le pouvoir absolu. A force de
clientélisme- plus 500000 recrutements de fonctionnaires dans les collectivités
locales en 10 ans- ils ont pris le pouvoir dans 20 régions sur 21. Ils règnent
sur les 2/3 des départements, sur la plupart des grandes villes, sur
l’audiovisuel public et sur le Senat. Quand ils auront conquis la Présidence et
l’Assemblée nationale, tout leur appartiendra. Avec le sens de la démocratie
qui les caractérisent : « Tout ce qui n’est pas nous est nul et non
avenu », bonjour l’exercice des contre-pouvoirs. Il n’y en aura
définitivement plus. Le pouvoir absolu qu’ils prêtent à Sarkozy, sera désormais
exclusivement entre leurs mains. Bravo la démocratie représentative à la
française.

Ainsi
parlait Zadig et c’est la raison pour laquelle, finit-il par conclure, si je me
décide à aller voter, je pencherais finalement  pour Sarkozy. Cela ne changera pas le cours du
monde mais j’aurais au moins fait mon devoir de citoyen, même si cela est
parfaitement puéril et ne sert strictement à rien.

 

 

 

13 février, 2011

vacances gouvernementales

Classé dans : France,Non classé — elis @ 11:20

 Zadig était en verve ce matin et il me dit :

 

J’ai toujours été choqué par ces vacances prolongées des équipes gouvernementales. Sans doute conseillées par leurs médecins et leurs psychiatres pour décompresser. Idem pour leurs joggings matinaux. Mais franchement la tâche est tellement énorme qu’ils feraient mieux de faire des séminaires de brain storming et de remue méninges collectifs, puis de délibérer  et de travailler en équipe pour décider de ce qu’il y aura de mieux à faire, après les fêtes, et de ce qui serait le mieux pour le pays et, même, pourquoi pas, le mieux pour se faire réélire.

Mais ce n’est pas ce que font les gouvernants français. Dommage.

Mais de là à trouver que leurs vacances au Maghreb invités par Ben Ali ou Moubarak sont scandaleuses, il y a un pas que toute la gauche, et une bonne partie des medias qui les soutiennent, ont franchi allègrement, et on comprend bien pourquoi. On le comprend même parfaitement .C’est pain béni pour eux qui n’ont rien à proposer et c’est un pas de plus, inappréciable, pour  leur main mise progressive et irrésistible sur les collectivités locales, à grands coups de clientélisme (30% de plus de fonctionnaires locaux en dix ans) et qu’importe les emprunts qui ne seront jamais remboursés, on demandera à l’Etat de combler les vides au nom de la solidarité nationale. Ce sera d’autant plus facile à faire si le Senat est conquis à l’automne et  la présidence de la république de 2012 aussi dans la foulée. Bien joué donc pour tout ce que la France de gauche compte de stratèges et d’habileté à dénoncer la France de droite et donc des riches.

L’UMP a tout de même avancé quelques arguments du genre :

Fillon ne va pas prendre son billet de 2° classe sur Air France pour aller en Egypte. Il est le chef du gouvernement français et ne serait ce que pour de simples raisons de sécurité, il devait suivre les règles du protocole et ne pouvait voyager comme tout le monde. Sur Fillon, la gauche s’est d’ailleurs très vite calmée.

Mais là n’est pas l’essentiel. L’essentiel, nous n’avons pas de statistique sur le sujet, c’est que probablement une grande partie des responsables de gauche ou des medias, tout comme une bonne partie des classes moyennes ou supérieures a du faire exactement la même chose que MAM et Fillon. Partir aussi pour huit ou dix jours sous des cieux plus cléments, Maldives, caraïbes ou Maghreb et parfois plus loin, carrément dans l’hémisphère sud. Car grâce à la mondialisation et aux tarifs très bas de l’hostellerie tout confort des pays plus chauds que le nôtre, en décembre, presque tout le monde peut se le payer à partir des classes moyennement supérieures en France. Combien d’avocats, de médecins, de fonctionnaires moyens ou supérieurs, fussent ils de gauche, sous ces cieux plus cléments ? des myriades sans doute.

Et ce que l’on peut au moins remarquer c’est que ceux là n’auront pas eu à tenir leur rang comme auront du le tenir, les membres du gouvernement, car eux ne pouvaient pas se tenir incognito. Raisons de sécurité et de politesse vis-à-vis de n’importe quel pouvoir les accueillant, autocraties ou pas, ils devaient au moins accepter discours officiels, réceptions idem et surveillance de leurs propos et autres multiples contraintes. Le pouvoir, même éphémère, a de multiples contraintes qu’on ne mesure pas toujours, même si l’on en tire le sentiment d’être parmi les puissants, les riches et de faire partie de la jet society. Mais combien y en a t il à gauche ou dans les medias de ce style ? Sans doute au moins autant que dans l’UMP mais eux on ne leur reproche rien car nul journal satyrique et fort peu de journalistes viendront leur demander des comptes. C’est normal car,eux, ils sont pour les pauvres.

Moi, me dit Zadig, je n’envie pas les gens du gouvernement qui voyagent. Je suis plutôt pour des vacances avec Fram et tous les autres voyagistes. Pas de stress. Pas de protocole. Et de franches rigolades avec les amis.

Fillon aurait pu aussi prendre un billet avec Fram pour aller à Assouan . Il aurait d’ailleurs vu la même chose que tout le monde. Ni plus ni moins. Mais par contre, avec Moubarak, il a du tenir son rang , faire des discours, paraître . Le voyageur lambda des voyagistes est plus cool et se repose sans doute beaucoup plus.

 

Mais tout cela est sans compter avec le goût du pouvoir et de la richesse qui tarabuste la majorité des êtres humains….quand ils ont réussi. L’esprit reptilien et animal nous guide encore et les « puissants » encore plus, comme aux premiers temps de l’humanité. Il faut bien qu’il y ait une différence dans le mode de vie entre le riche et le pauvre. Vive donc les vacances au Maghreb chez les puissants et bravo à la gauche qui a su récupérer le morceau pour le plus grande joie mais aussi la plus grande exaspération du bon peuple de gauche qui votera pour elle aux prochaines élections. L’essentiel est bien de regonfler ses partisans et qu’importe le fond.

26 octobre, 2010

Fillon for ever

Classé dans : Non classé — elis @ 15:31

  

Comme me dît Zadig, si j’avais un conseil à donner à Sarko et à tous ceux qui ont une influence sur lui, c’est, surtout, de ne pas remplacer Fillon par un/une quelconque ectoplasme.

Que ce soit Borloo ou Mame aucun ne fait le poids.
Il faudrait qu’avant la rentrée scolaire Sarko annonce qu’il a demandé à Fillon de rester et que celui-ci à accepter.

Ensuite, à la rentrée, Fillon doit déclencher la bagarre contre les derniers gréviste et annoncer réquisitions, fin des blocages dans les raffineries et dépôt de carburant et ne pas minimiser l’impact de la grève sur les dégâts qu’elle cause à l’économie française.

Enfin il annonce qu’il fait procéder à une série de sondages sur les questions suivantes :

  • 1. une réforme des retraites était elle nécéssaire? Il vient à la TV pour expliquer pourquoi
  • 2. La réforme suffira telle? Il explique qu’elle est sans doute insuffisante si l’économie ne se redresse pas
  • 3. les syndicats ont-ils raison de bloquer la distribution du pétrole? Réponse: c’est un déni de démocratie
  • 4. Doivent ils se rallier à la décision du parlement? Bien sûr sauf à admettre que ce sont eux qui gouverne et non le Parlement

Mais il doit se montrer encore plus combatif en annonçant que les réformes ne sont pas finies car on ne peut ignorer les mesure courageuses et douloureuses prises chez tous nos voisins. Et la quasi faillite de la France ne permet plus de tergiverser si l’on veut garder notre rang dans le monde. Il a le feu vert du président pour ce programme et il viendra solliciter l’accord du Parlement lors du discours d’investiture du nouveau gouvernement.

Coup dur pour la gauche, les syndicats et les étudiants. Ce n’est plus Sarko l’ennemi à abattre mais Fillon.

Le nouveau gouvernement est très resserré et Fillon annonce immédiatement un plan d’austérité pour les ministres et les parlementaires…histoire de montrer l’exemple. Indispensable si le nouveau chef veut être suivi.

Ensuite Sarko, Fillon et la majorité UMP et NC réforment à marche forcée jusqu’en 2012 en écoutant le NC qui a beaucoup de bonnes idées.

Trois mois avant l’échéance Sarko annonce qu’il ne se représentera pas, si ses sondages personnels sont toujours aussi désastreux et si l’opinion française n’a pas commencé à se retourner.

Question de pub bien sûr …et de contrôle des médias publics et privés en exigeant d’eux une stricte attitude de neutralité de 50/50 dans tous les débats et toutes les informations. On doit toujours entendre des opinions strictement opposées, à 50% du temps chaque, dans toutes les informations fournies et dans tous les débats … sans que les interlocuteurs se coupent la parole. Moyennant cette réforme essentielle, il est probable que la culture économique des français, tellement insuffisante, commencera peut être à évoluer et leur regard sur ce qu’il faut faire aussi.

Ségolène Royal présidente |
Alain BAILLY | Législatives... |
Section de Sorgues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | interlignes
| HONNEUR ET FIDELITE
| PRS Isère