• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

22 octobre, 2011

la double imposture de l’Euro

Classé dans : France,Monde — elis @ 15:40

Zadig,toujours aussi férocement remonté sur la crise tenait absolument, en cette
belle journée d’automne, à me parler de ce qui apparaissait à ses yeux comme la
double imposture de l’euro.

Il me tint les propos suivants.

« Il est évident que l’Euro tel qu’il a été conçu était une erreur.
Aligné sur le mark, il a permis à l’Allemagne   de concurrencer durement tous les pays sans réforme sérieuse, telle la Francedepuis 30 ans. Nos charges sur les entreprises, depuis  10 ans, étaient bien plus lourdes qu’en Allemagne mais pas moyen de rétablir notre compétitivité avec des dévaluations,comme on le faisait très régulièrement avant l’euro. Donc les échanges extérieurs français avec l’Allemagne se sont fortement dégradés . Et toute l’Europe du sud s’est
trouvée probablement dans le même cas, sans même parler de la Grèce qui vivait
avec une monnaie forte sans avoir la moindre entrée fiscale sérieuse pour
couvrir ses belles dépenses. Première imposture majeure.
Et dans le même temps, l’Euro s’est révélé  un vrai « pousse au crime » avec la possibilité d’emprunter sur les marchés internationaux auxmêmes taux, extrêmement faibles, que l’Allemagne. Bien entendu les politiques de tous bords et de tous rangs (Etat et collectivités territoriales en France parexemple) s’y sont engouffrés  avec le même enthousiasme (comment renoncer à de l’argent gratuit quand on sait qu’avec lui on aura toutes les chances d’être réélu) et le résultat que l’on sait : 30% du budget de fonctionnement de l’Etat français financé par
l’emprunt et des tonnes d’emprunts toxiques dans les budgets , là aussi, souvent de fonctionnement, des collectivités locales françaises. Deuxième imposture de taille sur cet Euro dont on nous vante tous les jours les bienfaits irremplaçables.
A s’en tenir aux deux impostures rappelées ci-dessus force est de constater que l’Euro aura  été une mécanique infernale, intrinsèquement perverse.
Et pour s’en sortir aujourd’hui, dans cette Europe surchargée de dettes, un seul moyen.
Surtout pas le FESF qui ne fait qu’augmenter lacharge déjà insurmontable des emprunts et alors que les pays qui peuvent les rembourser et aider les défaillants, sont de moins en moins nombreux.
Surtout pas non plus la planche à billet de la BCE à la mode du couple infernal Bernanke/Obama.
Ce serait le meilleur moyen de relancer l’inflation avec les matières premières qui n’attendent que cela, et un taux d’inflation déjà à 2% en dépit du tiers de notre consommation ( toujours dans le cas français) reposant  sur des produits importés à bas prix.
Non, il ne reste vraiment qu’un seul moyen. Créer un véritable gouvernement économique européen doté de pouvoirs réels. Exiger, dans l’avenir, la règle d’or partout  pour tous les acteurs publics, et, pour ramener progressivement les budgets et les dettes « dans les clous »,
demander à des experts indépendants les mesures appropriées à proposer aux
politiques ( dont on pourrait rêver qu’ils soient, pour une fois, unis dans
l’adversité), pour  préciser  les grands objectifs que ceux-ci auraient fixé..
Et ceux-ci sont assez évidents : sauvegarde et renforcement des entreprises , forte
solidarité entre les « pauvres » et les « riches », le plus dur étant de savoir où commencent les « riches », nettoyage et rigueur dans les services publics et vrais efforts pour tous ceux qui peuvent le supporter .
Que faut il faire de sérieux dans l’immédiat pour sauver l’Euro ? Là non plus il n’y a
pas 36 moyens.
1.     Mettre la Grèce en faillite et demander aux banques européennes d’effacer leurs dettes grecques au niveau préalablement décidé, au moins 50%, mais plus  probablement 80%.
2.     Sortir la Grèce de l’Euroavec promesse d’y revenir dès qu’elle sera rétabblie.
3.     Dévaluer dans tous les pays du sud,France comprise, par rapport au DM et donc avoir 2 euros, celui du nord et celui du sud
4.     Laisser chaque pays venir en aide à ses banques selon des modalités  sui generis…nationalisations, taux d’aide publiques, banques concernées etc…A chacun de faire au mieux selon le contexte local et l’état de ses banques.( A noter qu’une première étape sérieuse semble être en train de se décider, puisque l’Allemagne demanderait à la France de commencer par recapitaliser sesbanques avant tout  renforcement des
moyens du FESF).
5.     Instaurer un vrai pouvoir économique européen qui surveillera les comptes publics des membres et aura le pouvoir deles autoriser ou non.
On peut douter que nos chers dirigeants soient en mesure de sortir des mesures aussi
radicales, d’autant plus que de multiples obstacles réglementaires , juridiques et constitutionnels devraient sans doute être levés.
Mais qu’importe nous l’aurons dit.
Et tant que tout ceci ne sera pas fait la crise continuera et l’Euro continuera à faire
trembler l’Europe et le monde»
Ainsi parlait Zadig en ce beau mois d’octobre 2011.

Ségolène Royal présidente |
Alain BAILLY | Législatives... |
Section de Sorgues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | interlignes
| HONNEUR ET FIDELITE
| PRS Isère