15 mai, 2009

L’economie à l’envers

Classé dans : Monde — elis @ 21:13

 

Zadig avait décidé, depuis quelques semaines déjà, de tenter de comprendre quelque chose à l’économie mondiale et aux mouvements boursiers qui lui paraissaient sombrement mystérieux. Et, ce jour là, il revint vers moi en me déclarant que décidément le monde économique marchait sur la tête et que tout s’y déroulait de façon totalement inverse au regard de ce que le moindre bon sens suggèrerait.

 

D’abord, me dit il, les mouvements boursiers sont tellement prévisibles et tellement moutonniers que cela en est désespérant.

 

A)  Il y a les jours ou les nouvelles ne sont pas très bonnes et alors tout s’enchaîne, commandé à l’évidence par les principales banques américaines :

 

  1. remontée du dollar : les capitaux se repositionnent sur les bons du trésor US.
  2. les programmes automatiques de vente se déclanchent : on brade tous les secteurs dans un savant équilibre ordonné par les machines : pétrole et matières premières, puisque l’économie est sensée ralentir ; or, puisque le dollar se redresse et que sa valeur en or , comme les matieres premières, doit décliner en dollars constants, et enfin tous les bonds, étrangers, industriels, etc…puisque tous ces emprunteurs auront de plus en plus de mal à rembourser.
  3. banques et autres secteurs fragilisés en premier par la crise suivent, puis tout le reste de la côte dans une moindre mesure.
  4. les traders du jour s’en mêlent et, en bons « momentum », suivent le mouvement. Ils gagneront un peu d’argent, et peut être même plus, s’ils ont de bonnes couvertures, entre l’ouverture et la clôture de Wall street.
  5. C’est réglé comme du papier à musique, et cela fonctionne sans surprise puisque Wall Street commande et que le monde entier s’aligne.

 

B)  Et puis il y a les jours ou les nouvelles ne sont pas trop mauvaises ou encore le gouvernement, la FED ou Obama par un beau discours, ont laissé entrevoir quelques lueurs d’espoir. Alors là, c’est  évidemment, et par une symétrie parfaite, le mouvement inverse :

 

  1. remontée des bancaires , du bàtiment, des industrielles et, par mimétisme, de toute la côte, y compris  tous les marchés étrangers, en commençant par l’Asie puis l’Europe, tout le monde s’alignant sur les cotations en continu de Wall Street, et dans la foulée…
  2. remontée des matieres premières et de l’or,
  3.  en attendant le suivisme intéressé des traders qui dans la journée joueront la hausse.

 

C)  Qu’ en conclure ?

 

  1. D’abord que Wall Steet demeure le centre du monde boursier  et que les nouvelles qui parviennent de l’économie US demeurent le seul et unique baromètre boursier, mais aussi économique, puisque, notons au passage que quasiment  tous les instituts de conjoncture et les prévisionnistes du monde entier reprennent les mouvements de wall Street pour étayer leurs commentaires.

 

  1. Et que cela n’est pas très sérieux puisque en fait « Tout Devrait Fonctionner A L’envers » :
  • a. Défiance croissante envers les US, leurs dettes abyssales, leurs déficits records qui s’aggravent et leurs méthodes pour le moins douteuses- fabrication de monnaie- pour apporter de l’argent frais en quantités astronomiques à des banques ou des sociétés d’assurance au bord de la faillite.

 

  • b. A l’inverse de ce qui se passe, toute mauvaise nouvelle à Wall Street ne devrait entraîner, dans ces conditions, qu’une nouvelle dégringolade du dollar….
  • c. Suivie au minimum par une remontée de tous les actifs côtés en dollar pour maintenir au moins leur valeur en dollars constants
  • d. Enfin, il ne devrait y avoir aucune raison pour que les valeurs du reste du monde bougent, sauf nouvelles spécifiques les concernant .
  • e. Mais ce n’est pas ce qui se passe. Les Goldmann sachs, Bank of America City group et consort , soutenues à bras le corps par la planche à billets du gouvernement américain, font toujours la pluie et le beau temps.

 

Or, me déclara Zadig, pas plus qu’en 1929 les plans de relance de Roosevelt ou, en 1980, ceux du gouvernement japonais , n’ont pu arrêter les crises et n’ont sans doute fait que les  prolonger, il risque fort de se passer la même chose cette fois ci.

En économie tout se paye, les bulles finissent toujours par éclater et les déséquilibres sont toujours corrigés. Plus les manipulations perdurent, et plus dure sera la chute.

Selon moi, me déclara Zadig en soupirant, le retour à une économie assainie n’est pas pour demain !

 

Ségolène Royal présidente |
Alain BAILLY | Législatives... |
Section de Sorgues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | interlignes
| HONNEUR ET FIDELITE
| PRS Isère