• Accueil
  • > Archives pour février 2009

1 février, 2009

Gaza

Classé dans : Monde — elis @ 14:37

 

GAZA

 

Zadig est venu aujourd’hui déjeuner avec moi. Ouf, me dit il, je suis rompu. Je viens de passer un mois en Egypte, à côté de Gaza, et j’ai tenté de saisir la réalité profonde et les enjeux de ce conflit tout proche. Pas facile, et dans mon esprit, bien plus d’interrogations que de certitudes. Tenez, si cela vous intéresse, j’ai pris quelques notes au jour le jour. peut être saurez vous, mieux que moi, les interpréter.

Zadig reparti, je consultai les notes qu’il avait prises et qu’on trouvera ci après. Au bout du compte, malheureusement, je demeurai tout aussi perplexe que lui. Mon ami ne pourrait guère compter sur ma pauvre personne pour se montrer plus perspicace que lui sur les voies de l’avenir et les intentions réelles des grands de ce monde et du monde arabe dans ce conflit affligent.

 

 

03/01/2009 10:43

 

Et si la communauté internationale jouait finement ?

Curieux ce voyage le 30/12/08 de Tzipi Livni à Paris .

Curieux tout autant ce voyage de Sarkozy au moyen orient du 5 au 6 janvier 2009 accompagné d’autres représentants européens.

Et curieux enfin cette déclaration de Bush, la première depuis le début des bombardements sur Gaza, selon laquelle il faut à Gaza un vrai cessez le feu avec la fin des tirs de roquettes sur Israël et un vrai contrôle des armes qui entrent à Gaza.

Alors, allons jusqu’au bout de nos rêves d’action concertée intelligente, et imaginons que tous les pays arabes « pacifistes » de la région soient d’accord pour dire au Hamas : l’Europe est prête à vous envoyer une vraie force de paix et plus seulement à être votre premier bailleur de fonds mais, en contrepartie, il faut que les tirs de fusée Khassam cessent et que les tunnels Egypte Gaza soient contrôlés par cette force euuropéenne. Il faut aussi que Fatah et Hamas discutent pour reconstituer une représentation réellement démocratique du peuple palestinien. Si vous acceptez cela, Israël cesse immédiatement ses bombardements, votre légitimité à Gaza n’est plus contestée jusqu’aux prochaines élections et la force de paix européenne et arabe entre très vite à Gaza. Bien entendu , l’ONU donne son feu vert à cette nouvelle force de paix et, bien entendu aussi, les Américains n’y participent pas.

Un remarquable succès pour Sarkozy et pour l’Europe mais qui continuera à contrôler Gaza dans les ruelles et dans les immeubles :Hamas !

Du coup il manque encore au moins deux choses : le contrôle de la TV hamas, une présence médiatique du Fatah à Gaza et un report à au moins 1 an des prochaînes élections. Le Fatah aurait peut être encore une chance de ne pas être de nouveau débordé par le Hamas ; Et c’est aussi pourquoi ce dernier refusera ces deux dernières conditions et c’est aussi pourquoi le plan de la communauté internationale et de l’Europe échouera.

Dernière « colle » : que vise Israël en envahissant Gaza, faire cesser les tirs de roquettes ou éliminer Hamas ? L’un et l’autre ne sont pas une partie de plaisir mais le deux parait quasiment inatteignable…sauf conditions évoquées ci-dessus : d’abord une force européenne qui s’installe (et qui a pouvoir de police sur les tirs de Kassam, les actes de terrorisme et les livraisons d’armes dans l’enclave), une représentation mixte (Fatah Hamas), des palestiniens à Gaza et le contrôle des médias

Alors quid au bout du tunnel ?

 

 

11 janvier 2009

 

La solution à Gaza ne peut être que partiellement militaire. Elle passe par la neutralisation  du HAMAS. A entendre les médias de gauche , type Arte, l’attachement des palestiniens pour le Hamas se renforce tous les jours et le Fatah est tous les jours démonétisé un peu plus. Pas si sûr. A Ramalha les manifestations de rues pour le Fatah et la « haine » contre le Hamas, paraissaient au moins, sinon plus fortes, que celles des partisans du Hamas. Et c’est bien là que se joue la seule solution possible : la prise du pouvoir à Gaza par le Fatah. On peut donc imaginer que les Etats-Unis, les Etats arabes modérés, l’Europe, jouent la même carte, renforcent le Fatah en moyens militaires et financiers et laissent Israêl tenter de réduire encore le Hamas. D’abord en contrôlant de plus en plus efficacement la frontière Egyptienne, c’est le plus facile, et ensuite en isolant plusieurs quartiers différents de Gaza  pour localiser, par un quadrillage de plus en plus fin, les milices du Hamas, et les neutraliser. Côté Hamas la tactique est plus simple et plus efficace aussi : se fondre dans la population et avoir des tirs de roquettes le plus mobile possible et sur tout bombardement de Tsahal sur eux, avoir des journalistes d’Al djajirah pour rendre compte au monde entier des massacres Israëliens. Si cela dure encore longtemps, on peut craindre qu’ils ne soient gagnants. Paradoxalement, leur victoire dépend du nombre de gazaouis qu’ils arrivent à faire tuer par Tsahal interposée. C’est tout le problème et il est essentiellement militaire. Je ne voudrais pas être à la place des chefs d’Etat major israêliens.

Si Israël réussit on peut aussi s’interroger sur le meilleur moyen de redonner le contrôle de Gaza au Fatah. Là aussi ce ne sera pas une partie de plaisir : une force interarabe/ONU en gouvernement provisoire avec du Fatah associé ? Il n’y a pas d’autre solution. Puis très vite , pilotée par l’équipe Obama, forcer Israêl à des abandons significatifs en Cisjordanie et à la création d’un Etat palestinien fiable. Laissées à elle mêmes, les deux parties ne parviendront jamais à un accord. Seul Washington, l’Europe et l’ONU peuvent donner aux palestiniens un Etat stable et valable, pas celui de 1947, trop réducteur pour les passions israëliennes.

 

19 janvier 2009

 

Cette fois on y est. Après 3 semaines de combat à Gaza, Israël a décrété un cessez le feu unilatéral et se retire progressivement. La surprise c’est que le Hamas vient d’interrompre ses tirs de roquettes. On peut donc penser qu’il a subi des revers importants, qu’il manque maintenant de combattants et d’armement, ou qu’il craint quelque chose, dans ce qui a été négocié au Caire, s’il continue.

On peut, en effet, raisonnablement penser que la frontière de Rafah est maintenant contrôlée et que les armes ne passent plus. C’est ce qu’il y a de plus probable. Cela affaiblit nécessairement beaucoup le Hamas dans ses velléités belliqueuses. Si le blocus des armes est assuré, c’est une première victoire de poids pour Israêl. Reste à contrôler aussi les convois humanitaires de vivres et médicaments. Qui s’en charge ? Si on apprend que l’UE, une force arabe modérée et que même le Fatah en sont chargés ce sera un progrès considérable car il devrait y avoir alors un moyen de contrôler assez efficacement.

Passons à la géostratégie. La création de l’Etat palestinien doit venir du Conseil de Sécurité et de l’ONU. Washington doit l’imposer aux deux parties et obtenir que les autres membres du conseil soient d’accord. C’est sans doute encore du rêve et pour longtemps. En tout cas les deux belligérants ne seront jamais d’accord. Trop d’extrémistes des deux côtés.

Deuxieme sujet géostratégique : Qui prend le pouvoir chez les palestiniens ?

Joue t on encore les élections libres ? On ne peut pas dire que cela ait été génial à Gaza. Mamhoud Abbas vient de demander la constitution d’un gouvernement « d’union nationale » suivi  d’élections  législatives et présidentielles, ce qui veut dire, qu’aujourd’hui, il se sentirait assez sûr des résultats et qu’il vaincra ; Ce qui est possible si Gaza est bien intégré dans l’ensemble palestinien et si des représentants du Fatah peuvent se présenter à Gaza. Est-ce bien une des conditions qui a été imposée au Hamas …avec des sanctions attachées et « pratiquables » s’il ne la respecte pas?

 

21 janvier 2009

 

Israêl s’est retiré et les résultats ne paraissent pas brillants. Le Hamas a repris le contrôle de Gaza. Il fait la chasse aux collabos et trucide ceux qui lui paraissent avoir eu des contacts avec Israël… ou qui sont désignés par les voisins. Mais plus grave, les tunnels de Rafah sont en cours de réouverture et les contrebandes d’armes vont pouvoir recommencer. Certes le Hamas ne va pas reprendre immédiatement ses tirs de roquettes mais il pourra les reprendre un jour, sauf s’il n’a pas intérêt à le faire.

Mais alors quelle est la nature des longues tractations tenues au Caire et qu’ont donc accepter les uns et les autres ? Quelles sont les deals et les compensations ? Mystère !

Un autre élément parfaitement troublant, c’est l’exacte concomitance entre l’investiture d’Obama et le retrait des israëliens. Comme si les démocrates américains avaient prévenus Israêl : le jour de notre prise de pouvoir vous vous engagez à vous retirer. Si tel était le cas, que pourrait on en conclure ? D’abord que l’Amérique a décidé de reprendre la main mais aussi qu’elle va peut être tenter de faire quelque chose. Que va-t-elle offrir au Hamas pour qu’il entre dans un gouvernement de coalition avec le Fatah ? C’est toute la question. Et une réconciliation des frères ennemis est elle possible ? Cela parait bien improbable. Rien n’ayant été résolu par les armes et les émissaire du cessez le feu s’étant déchaînés pour arrêter le conflit, il y a fort à parier, même si c’est triste à dire,  qu’une fois encore, rien n’est résolu. Il fallait déjà impérativement contrôler les tunnels de Rafah et, semble t il, ce n’est pas fait.

 

25 janvier 2009

 

Fin de l’histoire apparemment. Obama a exposé devant le congrès ses vues sur le moyen orient. Pas mal de guimauve mais rien de nouveau. Il faut que palestiniens et israëliens vivent en paix, que le Fatah trouve sa place à Gaza, que le cessez le feu soit immédiat, qu’une force internationale contrôle les tunnels et que le Hamas ne tire plus sur Israël. Qui ne serait d’accord ? mais la question essentielle demeure : qui contrôlera et qui prendra le pas sur le Hamas ? Obama, en tout cas, ne va sûrement pas s’engager dans ce guêpier avec déjà deux guerres sur les bras. Et sachant fort bien que tout soldat américain décédé vaut au moins un million d’électeurs en moins dans une Amérique démocrate majoritairement pacifiste, isolationniste et, qui plus est, en pleine crise économique.

 

1er février 2009

 

Une lueur d’espoir

 

La vie reprend à Gaza. Toujours aussi bourdonnante , agitée, fourmillante. Les marchés de contrebande sont plein de marchandises. Les tunnels sont en cours de réfection . Des gosses de 15 ans rampent dans les tunnels pour les dégager.

Le Hamas est toujours là, armements en bandoulière et miliciens dans les rues. Mais il y a du nouveau. Des habitants, visage découvert, protestent et incriminent le Hamas d’être venu tiré des kassams depuis leurs habitations  aujourd’hui en ruine par suite des répliques immédiates d’Israël. Les chefs du hamas se terrent. Beaucoup de miliciens, belles voitures et armes dernier cri, demeurent masqués. L’emprise du territoire par la terreur et les aides financières aux habitants n’est plus aussi assurée. Gazaouis et Hamas semblent comprendre qu’attirer le ciel sur leur tête en envoyant des Kassams n’est pas sans conséquence et que le bon sens le plus élémentaire est peut être d’éviter de le faire.

Les représailles ciblées israêliennes ont peut être servies à quelque chose.

 

 

Ségolène Royal présidente |
Alain BAILLY | Législatives... |
Section de Sorgues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | interlignes
| HONNEUR ET FIDELITE
| PRS Isère